Vos interrogations

Qu’est ce qu’une cellule souche ?

Les récentes avancées de la science ont mis les cellules souches sur le devant de la scène. Ces cellules particulières de l’organisme sont capables d’une part de s’auto-renouveler (pouvoir régénérateur) et d’autre part, de se différencier en d’autres types de cellules.

Les cellules souches sont essentiellement présentes dans les tissus adultes, dans la moelle osseuse, dans le cordon ombilical, dans le placenta, dans le fœtus et dans l’embryon.

Les cellules souches issues du sang du cordon ombilical, comme celles de la moelle osseuse ou du sang, sont à l’origine des cellules qui circulent dans le sang (appelées cellules souches « hématopoïétiques »).

 

Réponses aux questions le plus souvent posées

La greffe de cellules souches du cordon ombilical est une simple transfusion faite sur le malade qui a soit une maladie du sang  génétique  ex : (la Drépanocytose), soit une maladie du sang  acquise (ex : la leucémie)

Après une préparation du receveur, notamment pour éviter le rejet, les cellules injectées vont coloniser la moelle du receveur.

1er greffé 20 ans après

La 1ère greffe mondiale de sang de cordon a été réalisée avec succès en 1988 par le professeur Eliane Gluckman, sur un enfant de 6 ans à partir du sang de sa sœur.

Depuis, environ 40 000 greffes sont effectuées à travers le monde et sauvent ainsi des milliers de vie.

Les maladies hématologiques : leucémies, lymphomes, myélomes, aplasies médullaires et certaines maladies héréditaires du sang comme par exemple la drépanocytose. 

C’est l’origine, la production et l’utilisation des cellules qui peuvent donner lieu à des problèmes éthiques qui de plus varient selon les pays et les lois en vigueur.

Les cellules souches du cordon ombilical ne posent aucun problème éthique ; effectivement leur recueil, effectué après la ligature du cordon ombilical, ne lèse ni la mère, ni le nouveau né.

Par contre, l’utilisation de cellules d’un embryon humain pose des problèmes éthiques. En effet le prélèvement d’une cellule d’embryon à un stade très précoce détruit celui-ci. Par ailleurs, ces cellules souches embryonnaires posent un problème de tumeurs et de rejets sur l’animal et sur l’homme et ne peuvent pas être utilisées en thérapeutique à ce jour pour soigner les malades.

Il existe aujourd’hui plus de 50 banques publiques de sang de cordon dans le monde sur tous les continents et plus de 500.000 greffons conservés, prêts à l’emploi, par exemple pour une greffe. Mais les greffons sont aussi nécessaires pour faire avancer la recherche et trouver de nouvelles solutions thérapeutiques, car les espoirs en la matière sont très importants.

La France, grâce à l’augmentation volontaire du nombre de banques publiques de sang de cordon (au nombre de 11 en 2012), arrive à stocker 10 000 greffons, mais il en faudrait plus de 30 000.

Les greffons manquants sont donc importés à un coût très élevé (20.000 à 30.000 €) avec souvent comme risque le fait que les standards de qualité soient inférieurs à ceux imposés en France.

Il existe des banques privées de sang de cordon .Elle font payer le prélèvement ainsi que la conservation des cellules souches du cordon pour soigner l’enfant concerné s’il venait à développer une maladie au cours de sa vie. Certaines de ces banques peuvent présenter des problèmes éthiques sur le plan financier ainsi que sur le respect des critères internationaux de prélèvement et de qualité de greffon. Par ailleurs, rien ne dit que les greffes des propres cellules de l’enfant soient la meilleure option thérapeutique. Il est souvent préférable d’utiliser les cellules d’un autre donneur.

Les banques privées de sang de cordon sont interdites en France par la loi, de même que le prélèvement à des fins commerciales dans les maternités agréées. Mais la législation peut différer d’un pays à un autre.

Les qualités du sang du cordon ombilical varient énormément d’un prélèvement à un autre, certains ne permettront pas de réaliser des greffes. Dans d’autres cas, il faudra le sang de plusieurs cordons pour réaliser une greffe.

Une fois validées, les caractéristiques des cellules prélevées sont mises sur un registre international ouvert à tous les centres transplanteurs du monde selon des critères bien codifiés.

Il y a un système d’accréditation international FACT Netcord. Il existe des règles bien précises agréées par l’état ainsi que des nomenclatures internationales, permettant les échanges de greffons entre les pays.

Elles sont conservées dans  l’azote liquide à -180°C dans des banques. Il y a par exemple 11 banques de sang de cordons en France, toutes publiques pour greffes anonymes et gratuites.

Netcord, Fondation Internationale, sponsorise les accréditations des banques publiques de cordon et favorise la Recherche et le développement du processus de collecte conformément aux standards internationaux imposés.

Afin d’encadrer la collecte, les conditions générales de conservation et l’utilisation des greffons par la suite, il est indispensable de disposer d’une loi pour sécuriser le processus, éviter les dérives et instaurer la confiance entre donneurs et receveurs.

Oui, il n’y a pas de contre indication au don et le geste est indolore pour la mère et l’enfant. Mais il faut accoucher  dans une maternité agréée, c’est-à-dire qui dispose du personnel formé et du matériel nécessaire et aux normes pour le recueil du greffon. Si ce n’est pas le cas, le cordon ombilical est traité comme un « déchet médical ».

La recherche fondamentale a déjà démontré qu’à partir de ces cellules, il est possible non seulement de traiter de nombreuses maladies du sang, mais aussi de fabriquer ou de réparer divers autres tissus : os, cartilage, rétine, foie, peau, pancréas, neurones, cœur, vaisseaux.

Les propriétés des cellules souches placentaires, permettent d’envisager dans le futur de très nombreuses applications médicales. Cependant un long chemin reste à parcourir et de grands moyens sont à mettre en œuvre avant l’utilisation thérapeutique de ces découvertes.

Diabète, immunothérapie, maladies génétiques et thérapie génique. De manière générale, les cellules souches sont très prometteuses dans le domaine de la médecine régénérative et réparatrice, l’immunothérapie des cancers et des maladies infectieuses, le traitement des maladies auto-immunes, la thérapie génique….

L’association « Cordons de Vie » s’est créée pour contribuer à donner corps à tous ces espoirs